Télé Québécoise
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Télé Québécoise

Discussions sur la télévision au Québec
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 54 le Mar 16 Mar 2021, 14:17
Like/Tweet/+1
Derniers sujets
«Anne»: en français avant l'anglais
L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau EmptyJeu 28 Juin 2018, 14:16 par Frédéric
https://www.lesoleil.com/arts/anne-en-francais-avant-langlais-60c89cbe29b12086c98335b01a5674d3

BLOGUE / Mis à part pour le premier épisode, présenté en version originale …

Commentaires: 0
Stingray crée une chaîne de télévision dédiée aux vidéoclips
L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau EmptyJeu 28 Juin 2018, 14:13 par Frédéric
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1107350/stingray-videoclip-musique-quebecoise-diffusion-numerique-chaine

Commentaires: 0
50 ans de Télé-Québec: Marc-André Coallier animera un specta
L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau EmptyJeu 28 Juin 2018, 14:12 par Frédéric
http://www.journaldemontreal.com/2018/06/13/50-ans-de-tele-quebec-marc-andre-coallier-animera-un-spectacle-familial

Commentaires: 0
Ajouter aux Favoris
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Le Deal du moment : -54%
-54% sur le jeu MOTOGP 21 sur PC
Voir le deal
21.79 €

 

 L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau

Aller en bas 
AuteurMessage
Frédéric
Rang: Administrateur
Frédéric

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Montréal
Réputation : 0
6199

L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau Empty
MessageSujet: L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau   L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau EmptyJeu 10 Nov 2005, 13:27

Source : La Presse (Louise Cousineau)

Pierre Karl Péladeau est prêt pour la révolution technologique qui est en train de chambarder la télé-vision, mais les producteurs québécois, ceux qui fournissent les émissions sur les canaux que l'empire Péladeau possède, craignent d'être mis de côté alors que Pierre Karl montera aux barricades pour s'emparer du territoire.

La salle était bondée hier au dîner de l'Académie cana-dienne du cinéma et de la télévision, car le conférencier invité était le président et chef de la direction du plus gros empire de télé au Québec, Pierre Karl Péladeau. En télévision, Péladeau rime avec pouvoir.

PKP s'est fait appeler "M. Snyder" par une inconnue, racontait-il en riant hier. D'ailleurs, Julie était à la conférence, et même le petit Thomas dans son landau. Pas un mot du petit Thomas, le bébé le plus calme que j'aie jamais rencontré. C'était le show de papa.

Donc, ce n'est pas une nouvelle, la technologie change. Vous pouvez dorénavant regarder la télévision sur votre téléphone cellulaire - achetez-vous une loupe! - et les grands de l'industrie américaine font des deals de convergence entre la technique et le contenu. Soit dit en passant, a glissé le conférencier, la télévision analogique disparaîtra plus tôt que prévu. Si vous êtes abonné au câble ordinaire, votre vie va changer et il faudra passer à Illico ou au satellite chez un concurrent de PKP.

M. Péladeau suit ces transformations avec passion. Il voit déjà deux issues possibles à cette nouvelle révolution. Ou bien on subit passivement les changements et alors TVA devrait diminuer ses coûts de production. Ou bien TVA est un agent de changement et participe à la nouvelle révolution. Il vante ses projets de vidéo sur demande et la nouvelle chaîne payante qu'il souhaite créer, Boom TV, une en français, une en anglais, dans laquelle TVA investirait 29 millions dès la première année.

On ne s'étonnera pas qu'Astral, qui détient déjà la chaîne payante Super Écran et plein de canaux spécialisés, soit contre cette expansion de Quebecor.

Mais voilà que l'Association des producteurs québécois s'y opposent également. Alors que les producteurs devraient se réjouir de l'arrivée de nouvelles chaînes, donc de nouveaux clients potentiels.

Claire Samson, directrice générale de l'Association des producteurs, assistait au dîner comme tout l'aréopage de notre univers télé. Même Luc Plamondon était là, c'est tout dire!

Ce qui inquiète les producteurs, dit-elle, c'est que depuis un an, ils travaillent aussi sur la redéfinition de la télévision, mais que contrairement à ses promesses, Quebecor ne leur a jamais fait part de ses projets. " TVA veut nous mettre devant le fait accompli sans n'avoir rien discuté. "

Le risque pour les producteurs, dit-elle, dont la marge de profit est déjà à seulement 1 ou 2 %, est que l'empire Quebecor lui coupe de plus en plus les vivres.

D'ailleurs, dans son discours, Pierre Karl Péladeau a comparé les profits tirés par Radio-Canada d'une série américaine comme Beautés désespérées- achetée à 21 000 $ l'épisode- et d'une série mi-lourde québécoise comme Le Négociateur achetée à 216 000 $ l'épisode. Radio-Canada a fait 223 % de profits, alors qu'à TVA, les profits ont été de 14 %.

En clair, ça signifie qu'acheter américain est plus rentable. Ce que les producteurs d'ici savent déjà très bien. Heureusement pour eux, les téléspectateurs de chez nous préfèrent de beaucoup les histoires de chez nous. Beautés désespérées et Perdus ont fait de bons scores l'été dernier, mais des séries d'ici attirent généralement deux ou trois fois plus de monde.

En plus, la multiplication des chaînes- il y a 115 services en français au Canada- fait diminuer chaque année les auditoires des télés conventionnelles. Qui font donc moins d'argent. M. Péladeau a montré un palmarès des émissions québécoises ayant attiré trois millions de spectateurs. Toutes datent du siècle précédent. La seule du millénaire actuel est un gala de Star Académie lors de sa première saison.

M. Péladeau admet que partout dans le monde, la redéfinition de la télévision crée de vastes discussions sur les droits qui sont actuellement payés aux maisons de production.

Il admet aussi que les spectateurs n'achèteront pas n'importe quelle émission parce qu'elle est en français. Les deux nouvelles chaînes numériques de Quebecor, Argent et Mystère, perdent de l'argent. Et TVA a dû annuler la production de deux séries cet hiver, dont Combien ça coûte? de Stéphan Bureau, parce que ça coûtait trop cher.

---

Source : Le Soleil (Richard Therrien)

Si l'on en croit Pierre Karl Péladeau, les producteurs de télévision devront libérer leurs droits plus facilement s'ils veulent que l'industrie de la télé québécoise survive à l'avènement des nouvelles technologies.

Dîner conférence très couru, hier, au Centre Mont-Royal à Montréal. À l'invitation de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision, Pierre Karl Péladeau s'y prononçait sur les contenus et le financement de la télévision au Québec dans une vision d'avenir. Un discours corporatif où le pdg de Quebecor nous a fait une démonstration des appareils numériques de Vidéotron.

La chose à retenir de son discours : l'avenir est à la vidéo sur demande et à l'enregistrement numérique personnel, où le téléspectateur peut sauter les pauses publicitaires. D'où viendront dorénavant les profits, à l'heure où les chaînes spécialisées grugent de plus en plus d'auditoire aux réseaux conventionnels ? Quebecor étudie la question, mais M. Péladeau propose que des redevances soient versées aux télédiffuseurs généralistes, au même titre que les chaînes câblées comme Canal Vie et RDI.

Selon lui, les ententes contractuelles avec les producteurs sur les droits de rediffusion très coûteux des émissions devraient être complètement revues en fonction du nouveau portrait technologique. Et au plus vite, puisqu'il prévoit la disparition du système analogique pour plus tôt que prévu. "Est-ce que le marché francophone doit demeurer protégé comme il l'a été antérieurement ? La question se pose", dit-il.

Cette conférence arrive au moment où Quebecor a déposé une demande au CRTC pour l'exploitation d'une nouvelle chaîne payante, BoomTV, qui viendrait concurrencer Super Écran. L'entreprise s'engage à investir 298 millions $ dans le contenu canadien durant les sept premières années d'exploitation. Encore faudra-t-il que les producteurs, qui montrent de la résistance, soient plus coopératifs, laisse entendre M. Péladeau. Venant du pdg du Groupe TVA, qui a réalisé 51 millions $ de bénéfice net en 2004, la demande a tout de même de quoi faire sourire.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'avenir de la télévision selon Pier Karl Péladeau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Irving, John] Le monde selon Garp
» L'avenir des "méchants" dans Bleach ...
» Doumai Vision - Blog Photo
» Prévision REVELL 2010
» L'Alchimiste ~ Paulo Coelho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Télé Québécoise :: Accueil :: Nouvelles - Télévision québécoise-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser